ANCIENNE  LAITERIE
En 1908, quatre agriculteurs décident de créer une coopérative qui deviendra, en 1912, la Société Coopérative Agricole d'Archigny. Son siège social se situait au Moulin de Vangueil. Elle avait pour but, avec le lait provenant uniquement des exploitations des adhérents, la fabrication et la vente de beurre, l'utilisation et la transformation de produits et sous-produits laitiers.
Lors de son assemblée générale de 1932, alors que les locaux étaient devenus trop exigus, les membres décidaient de la construction d'une usine, sur le site de Chavarre, à usage de laiterie et de fromagerie pour la fabrication de camembert et de séchoirs à caséine.
En 1935, la laiterie de Chavarre faisaitt ses débuts.
En 1967, 11 millions de litres seront collectés.
Dans les années 1970, elle s'unissait avec la laiterie de Chauvigny et quelques années plus tard, l'activité sur le site de Chavarre sera arrêtée.
Aujourd'hui, les anciens locaux de la laiterie sont aménagés et accueillent des artisans.
 
 
BASCULE
C’est en 1931 que Monsieur Fernand HELLIE, alors Maire de la commune d’Archigny, propose au Conseil Municipal d’acquérir une bascule de 15 tonnes, qui servirait à la pesée des animaux et à diverses marchandises. C’est le 9 juin 1932 qu’elle fut installée sur la place du champ de foire, devenue par la suite place du 11 novembre.
Le financement a nécessité la réalisation d’un emprunt d’un montant de 14 651 francs de l’époque, remboursable sur 30 ans ainsi qu’une imposition extraordinaire de 9 centimes additionnels pendant 29 ans.
C’est également à cette occasion lorsque fut creusée la fosse, qu’ont été mis à jour deux sarcophages révélant ainsi l’emplacement d’un ancien cimetière.
En 1934, la commune achète une série de 50 poids de 20 kilogrammes nécessaire à la vérification annuelle du pont à bascule.
48 ans plus tard, elle est remplacée par un pont à bascule de 50 tonnes, qui a été installé par la coopérative agricole de Pleumartin. Grâce au savoir faire, à la minutie et au souci du travail bien fait des employés communaux, cette vieille dame a retrouvé l’éclat et la place qu’elle occupait autrefois.